[52 av. JC] De la guerre civile au revirement Eduen

Publié le par Histoire de la Bourgogne

http://voyagesenduo.com/italie/images/rome/rome_antique_image391.jpgLes Eduens sont parmi les derniers peuples Gaulois fidèle à Jules César. Mais un conflit éclate… Valétiacos termine son mandat de vergobret et désigne son frère Cotos comme successeur. En face, Convictolitavis convoite également le poste. Le débat fait rage dans le peuple où chacun défend son préféré, les deux se disant élu par la loi. Des affrontements voient le jour, et pour éviter que cela empire, des notables appelle César pour jouer le rôle d’arbitre. Ce dernier se déplace car il sait que cette lutte interne peut avoir des conséquences fâcheuses pour lui, et qu’un des deux membres peut demander le soutien de Vercingétorix, chef Arvernes. Il se rend à Décétia (Decize) où il réunit les deux hommes et désigne Convictolitavis vergobret des Eduens, sous prétexte que c’est lui qui fut élu par les prêtres de son peuple. Jules César fait là un mauvais choix. Le nouveau chef Eduen est attiré par l’argent des Arvernes et a peur pour son indépendance… Il met en avant le fait que si les Eduens se mettent du côté de Vercingétorix, les derniers peuples Gaulois qui ne sont pas en guerre contre l’armée Romaine y rentreront. Il décide de mijoter un plan avec Litaviccos, un notable Eduen qui est du côté de Jules César. Celui-ci fournit des hommes à l’armée Romaine. Il s’apprête justement à partir avec 10 000 hommes pour aider les troupes Romaines à prendre Gergovie.
Sur la route, Litaviccos explique à ses troupes le plan: il leur dit que Viridomaros, Eduen rangé du côté Romain, a été exécuté par ces derniers. Les 10 000 soldats Eduens se mettent à douter de la loyauté des troupes Romaines envers leur peuple et décide d’attaquer l’armée de Jules César. Ce dernier est au courant de la manœuvre grâce à Eporédorix, un jeune homme, Eduen lui aussi. Il l’envoie avec Viridomaros qui commandent la totalité de la cavalerie Romaine et quatre légions. Litaviccos doit fuir, battus par ses confrères et rejoint Gergovie avec ce qu’il reste de son armée. Les prisonniers Eduens sont épargnés. En territoire Eduen, les Romains sont également massacré mais lorsque la rumeur d’une fuite de Litaviccos est répandue, le massacre s’arrête aussi net. Jules César accepte de passer outre la tentative de trahison d’un peuple ami mais commence à sentir le vent tourner…


http://voyagesenduo.com/italie/images/rome/rome_antique_image423.jpg
Du côté de Gergovie, les Gaulois profitent de leur supériorité, de la confusion et de l’absence de Jules César dans le camp adverse pour attaquer. Mais les Romains résistent et leur général revient au camp et prépare immédiatement une stratégie: il va lancer une petite partie de ses troupes à l’assaut d’une colline Gauloise pendant que le plus gros attaquera à la droite du camp. La cavalerie Eduenne fait partie de cette dernière stratégie et se lance à l’assaut de Gergovie. Mais l’armée Romaine n’y arrive pas et Jules César fait sonner la retraite. Malheureusement, à cause de la topographie du terrain, la plupart des troupes n’entendent pas le signal et continuent l’attaque. On atteint le burlesque lorsqu’une légion Romaine attaque les Eduens croyant s’attaquer aux assiégés… A la fin de la bataille, les Romains ont perdus 700 hommes et Jules César lève le camp laissant la victoire aux Gaulois (image du dessus).
Sur le chemin du retour, les Eduens dirigés par Viridomaros et Eporédorix quittent les troupes Romaines. L’alliance Eduens-Romains vient de se briser définitivement.


http://voyagesenduo.com/italie/images/rome/rome_antique_image429.jpg
Les hommes de Convictolitavis se réunissent à Bibracte avec Litaviccos et décident de se rallier à la cause de Vercingétorix. Un traité de paix et d’alliance est signée. Les troupes Romaines établies à Noviodunum (Nevers) sont massacrées (image en début d'article et ci-dessus) ainsi que les marchands Romains, la ville pillée et incendiée après avoir récupéré les richesses et les otages amenés à Convictolitavis. Pendant ce temps, Jules César soumet les Sénons, les Parisii et les Aulerques Eburovices après la bataille de Lutèce.


Vercingétorix lui, entre dans Bibracte pour préparer un nouvel assaut avec son désormais puissant allié Eduen. A la suite de cette réunion commencera le célèbre Siège d’Alésia, thème de mon prochain article.

Publié dans L'époque Gauloise

Commenter cet article