[52 av. JC-51 av. JC] Le Siège d'Alésia et la fin de la Guerre des Gaules

Publié le par Histoire de la Bourgogne

http://www.moissey.com/Images/ArDromIm/ArDrom08.jpgLe revirement des Eduens change la face de la guerre. La presque totalité des peuples Gaulois est réunie à Bibracte. Les chefs de celles-ci décident de tenir une réunion. Seuls Rèmes et Lingons restent du côté de César. Vercingétorix est élu à la tête de l’armée Gauloise réunifiée. Celui-ci ordonne à tous de brûler habitations et récoltes à l’approche des armées Romaines, dans le but de les affamer.

César, ayant eu vent de cette alliance, décide de protéger la Gaule Transalpine et d’engager des cavaliers Germains. Il craint en effet celle des Eduens et veut la contrer avec les guerriers venus de Germanie. Vercingétorix décide de poursuivre l’armée Romaine qu’il croit en fuite. Il veut la détruire avant qu’ils ne rejoignent la Gaule Transalpine. Un combat entre cavaleries éclate avec pour grands perdants les Gaulois. Les Germains étaient trop forts malgré 15 000 adversaires. Les pertes sont énormes côté Eduen avec la captivité de Cotos, prétendant au titre de vergobret mais destitué par César lors de la guerre civile, de Cavarillos, chef de l’infanterie et Eporédorix, ancien vergobret Eduen.

Vercingétorix se replie et décide de se réfugier à Alésia, capitale des Mandubiens, fraction des Eduens. Après avoir perdu 3 000 hommes sur la route, attaqué qu’il fut par l’armée Romaine, Vercingétorix s’installe à Alésia dans l’attente d’une armée de secours. Il dispose dans la cité de 95 000 hommes. Jules César en a 75 000 et décide d’encercler l’oppidum. Il construit également deux fortifications: une à l’intérieur pour contrer les attaques venant d’Alésia, l’autre à l’extérieur en cas d’arrivée de l’armée de secours (voir photo en début d'article). C’est ce qui se passera 6 semaines plus tard. Les Eduens Viridomaros et son ancien rival lors de la guerre civil, Eporédorix, qui s’est d’ailleurs sorti de sa captivité Romaine, sont à la tête de cette armée avec Vercassivellaunos, l’Averne cousin de Vercingétorix et Commios, l’Atrébate. Ils commandent 8 000 cavaliers et 246 000 fantassins.

Les Romains attaquent les premiers et décident de s’en prendre aux Gaulois assiégés. Aidés par les Germains, l’armée Romaine massacre les archers et met la cavalerie Gauloise en fuite. Le lendemain, c’est l’armée de secours qui agit et se lance à l’attaque du camp Romain. C’est de nuit qu’ils s’exécutent mais n’arrivent pas à percer la défense Romaine. Ils se replient à leur tour, de peur d’être pris à revers! Vercingétorix a tenté de réagir pour coincer l’armée Romaine, mais les engins d’assaut ont été gênés dans leur progression par les fossés et autres pièges crées de toute pièce par l’adversaire. Le chef Gaulois se replie lorsqu’il apprend la retraite des siens. Pour gagner en nourriture, Vercingétorix envoie les civils (enfants, femmes, vieillards) en dehors de la cité, pensant qu’ils sortiront vivants des fortifications Romaines. Mais les guerriers de César sont sans pitiés et tuent presque l’ensemble de ces civils.



http://lecheminsouslesbuis.files.wordpress.com/2011/01/bataille-d-alesia.jpgVercingétorix veut retenter une attaque similaire à la précédente. Vercassivellaunos est nommé seul chef de l’armée de secours. Il envoie ses troupes à l’assaut des camps Romains en même temps que celles dirigées par Vercingétorix aux abords de la cité. Les Romains sont pris au piège! César envoie Labienus affronter l’armée de secours. Du côté de Vercingétorix, l’armée Gauloise réussit à franchir les fortifications. Mais Jules César, fin stratège, envoie du renfort et des troupes fraîches affronter l’ennemi. Il repousse la cavalerie Gauloise puis envoie ses troupes aider Labienus. L’armée de secours voyant la cavalerie Romaine les prendre à revers abandonne le combat et fuit. Mais les Romains coupent la fuite et massacrent la plupart des guerriers Gaulois. Vercassivellaunos est capturé.

Vercingétorix est entre deux eaux. Soit il tente une nouvelle percée, soit il abandonne. Pour sauver ses hommes, il décide de se rendre. Il va voir César et se met à genoux devant lui. Le général Romain le capture et l’emmène à Rome. Les peuples Gaulois se rendent. César les réduit tous en esclavage sauf les Arvernes et les Eduens, anciens alliés à qui il fait une fleur. Mais il demande leur soumission, ce qui est rapidement accepté. Jules César se retire d’Alésia et rentre à Bibracte pour ses quartiers d’hiver. Labienus est envoyé chez les Séquanes, Titus Sextius chez les Bituriges et Publius Sulpicius à Matiscon (aujourd’hui Mâcon) en plein territoire Eduen.

Les Bituriges essayent de se révolter malgré la présence Romaine, mais César qui arrive sur leur territoire en plein hiver surprend les révoltés. Après un mois, ils sont également soumis. Quelques mois plus tard, la Guerre des Gaules prendra fin. Il retourne à Bibracte écrire ses commentaires sur la Guerre des Gaules.



http://www.handinaute.org/Gergovie.img/Camp2.jpgLes Gaulois ne sont plus. La romanisation de leur pays va faire d’eux le peuple des Gallo-Romains. Cela va grandement changer le pays et nous verrons un exemple avec Augustodunum, thème de mon prochain article.

Publié dans L'époque Gauloise

Commenter cet article