[500 av. JC-65 av. JC] Peuples Gaulois en Bourgogne

Publié le par Histoire de la Bourgogne

http://www.medionemeton.net/images/peuples/monnaie_eduens1.jpegA partir de 500 avant Jésus-Christ, une crise Celtique voit le jour. Les échanges avec la Méditerranée se font rares et les bijoux sont moins précieux, moins importants. Tout comme les sépultures qui deviennent plus banales, surtout pour celles des chefs qui ont moins d'armes que les siècles précédents. Tout ceci provient d'une réorganisation commerciale des Grecs et des Etrusques (en Italie) afin d'éviter eux-mêmes une crise. Conséquences, ce sont les Celtes qui la subissent et doivent abandonner certaines routes commerciales et citadelles. La ruralité revient au galop.

 

Mais certaines citadelles résistent en Bourgogne et grandissent encore lorsque les échanges commerciaux reprennent: Bibracte (Saône-et-Loire), Alésia (Côte d'Or) ou Eburobriga (Yonne). Chacune appartient à un peuple Gaulois différents. Car en Bourgogne se trouvent de nombreux peuples différents, conséquence des voies commerciales fluviales et terrestre entre la Méditerrannée et la Manche.

 

Dans le Morvan, les Eduens sont rois! Avec Bibracte comme capitale ("De loin le plus riche et le plus grand oppidum des Eduens" dira Jules César plus tard), ils étaient le peuple le plus puissant de la région, mais aussi de la Gaule. Ils étaient gouvernés par un seul chef (le Vergobret) élu par les druides, qui avait interdiction de quitter le territoire et ne commandait l'armée que pour des actions de défense du territoire. Le Vergobret était élu pour un an. Les Eduens possédaient les villes de Cabillonum (Chalon-sur-Saône), Matisco (Mâcon) et Nevirnum (Nevers). Ce sont également eux qui contrôlent les routes commerciales Saône-Rhône et du bassin de la Loire.

Au Nord se trouvent leurs puissants alliés, les Lingons qui ont Langres pour capitale mais qui s'étalent jusqu'aux actuelles Dijon (qui était un site religieux) et Montbard. Une de leurs nécropoles fut d'ailleurs retrouvée à Nod-sur-Seine. L'Ouche était la frontière naturelle du territoire des Lingons.

Avec les Séquanes, les Lingons et les Eduens forment une monnaie unique (voir photo en début d'article), chose rare à l'époque. Ce système permet des échanges faciles, de s'enrichir rapidement et une stabilité économique. Les Séquanes ont pour capitale Vesontio (Besançon). Mais en Bourgogne, ils occupaient l'Est de la Saône.

Les Mandubiens occupent l'Auxois et leur capitale est Alésia. Ils sont une fraction des Eduens.

 

Autres alliés des Eduens, la Bourgogne abrite aussi les Bituriges Cubes. Bituriges veux dire "roi du monde" en Celte. Avaricum (Bourges) est leur capitale, mais ils s'étendent jusqu'à la Bourgogne où la Loire est une frontière naturelle avec les Eduens. Ces derniers, afin de mieux contrôler le territoire leur appartenant et les peuples alentours forment une confédération avec les Bituriges Cubes et d'autres peuples qui se situent en Bourgogne comme les Aulerques Brannovices (vallée de l'Yonne et de la Saône) qui sont des vassaux des Eduens, ou les Senons qui occupent l'actuelle Sens. Mais la confédération accueille des peuples d'en dehors de la région comme les Bellovaques (Belgique), Parisii (Lutèce, ancien nom de Paris) ou Ségusiaves (Forez). Mais le plus important de ces peuples de l'extérieur est le peuple Romain, grand et puissant allié Eduen. Les deux peuples sont frères de sang.

 

 

Pour vous aider à vous y retrouver dans ce puzzle des territoires, j'ai construis une carte géographique des territoires Bourguignons de l'époque (voir ci-dessous).

 

bourgognegauloise

 

 

Cette confédération Celte se retrouve souvent à Bibracte, véritable centre politique de la région. La description de cette immense cité est le sujet de mon prochain article.

Publié dans L'époque Gauloise

Commenter cet article